Interventions efficaces en mathématique: le problème déconstruit

En août 2019, le ministère de l'Éducation a publié un nouveau document de référence en sujet des interventions efficaces en mathématique (cliquez ici pour le consulter ou encore l'imprimer et le déposer soigneusement sur votre table de chevet). Suite à cette publication, Pier-Ann a eu l'opportunité de participer à une formation offerte par son Centre de services à ce sujet. Elle a donc eu l'occasion d'en apprendre davantage sur les interventions efficaces en mathématique qui permettent aux élèves, selon la recherche, de devenir des élèves compétents.


En tant qu'enseignante, on souhaite que les élèves développent leur compréhension des concepts et processus mathématiques dans des contextes variés. On désire également que les enseignants amènent leurs élèves à ce qu'ils fassent leurs apprentissages de façon efficace. En d'autres mots, on ne veut pas former des techniciens qui appliquent des techniques apprises par cœur, mais on veut ressentir que les élèves comprennent le sens de ce qui leur ai montré. La résolution des problème est donc au cœur de ce nouveau référentiel.


Dans ce document, on cible trois intentions à la résolution de problèmes, soit:

- Apprendre la mathématique PAR la résolution de problèmes (on utilise la résolution de problème pour apprendre les concepts et processus mathématiques)

- Apprendre la mathématique POUR la résolution de problèmes (on utilise la résolution de problèmes pour que les élèves mobilisent et appliquent les concepts ou processus mathématiques)

- Résoudre des problèmes pour apprendre à résoudre des problèmes (la résolution de problème permet de développer des stratégies cognitives et métacognitives)


Dans la formation, plusieurs nouvelles façons d'utiliser la résolution de problèmes (autre que les fameuses c1 et c2) ont été présentées. Aujourd'hui, nous avions le goût de vous parler d'une pratique en particulier et même de vous partager une façon ludique de l'appliquer dans la classe à l'occasion de la fête de l'Halloween. Il s'agit du problème déconstruit.


Le problème déconstruit; qu'est-ce que ça mange en hiver?


Qu'est-ce qu'un problème déconstruit? Il s'agit d'un problème qu'on donne à nos élèves dans lequel il y a une mise en situation ainsi que la/les missions, mais où les données sont absentes. Le travail des élèves est donc d'analyser le problème afin de déterminer de quelles données ils auront besoin pour mener à terme leur(s) mission(s). L'enseignant.e dispose des données et les donne aux élèves seulement si ces derniers les lui demandent. Pour les recevoir, il faut aussi qu'ils soient en mesure d'expliquer pourquoi ils en ont besoin. Ce qui est bien de ce genre de problème, c'est qu'il est totalement en lien avec la vie réelle, car les élèves doivent analyser la situation un peu comme nous le faisons en tant qu'adultes.


Par exemple, lorsque vous décidez d'organiser un souper de Noël avec votre famille, avez-vous déjà en main les recettes que vous allez faire, les ingrédients et les quantités à acheter? Lorsque vous faites des rénovations, avez-vous déjà les mesures nécessaires et le nombre de matériaux dont vous aurez besoin? Vous devez aller trouver ces données et aller les chercher vous-mêmes. C'est exactement ce que nos élèves font en classe.


Comment procède-t-on en classe?


1) Remettre et expliquer la mise en situation aux élèves. Il faut préciser qu'ils devront venir nous voir pour obtenir leurs données. (Leur rappeler qu'il faut nous expliquer pourquoi ils viennent nous les demander.)

2) Former des dyades. Selon ce que nous avons vécu en contexte de classe, il est préférable de former nous-mêmes les dyades en faisant collaborer des élèves ayant des forces semblables. Pourquoi? Eh bien, cela permettra aux élèves d'avoir des discussions mathématiques et évitera que certains élèves ayant de plus gros défis se laissent "porter par son partenaire".

3) Laisser les élèves discuter et attendre qu'ils viennent nous voir pour leurs données. Idéalement, il est souhaitable de se promener et noter nos observations au sujet des leur discussion. Par contre, pour l'instant, cela nous a été assez difficile. On ne vous cachera pas que de donner les données à chaque équipe selon ce qu'ils déterminent fait en sorte que nous sommes ''dans le jus''. #vraieviedeprof

4) Superviser, offrir du soutien et de la rétroaction aux élèves alors qu'ils résolvent le problème.


Une activité sur le thème de l'Halloween, vous dites?



En nous promenant sur Pinterest, nous avons vu une publication dans laquelle une enseignante aux États-Unis faisait des "Mystery box" pour l'Halloween (cliquez ici pour avoir accès aux merveilleuses idées de cette enseignante). Cela consistait en des boîtes décorées de façon halloweenesque et intrigantes dans lesquelles elle avait caché diverses cartes à tâches pour ces élèves. Nous avons adoré cette idée et l'avons adaptée pour notre problème déconstruit fraîchement sorti du four (cliquez ici pour le télécharger). Nous avons donc caché les données dans 3 boîtes mystères distinctes (avec une substance dégoûtante à l'intérieur de chacune d'elle). Une fois que les élèves venaient nous voir pour une donnée (et qu'ils avaient bien justifié cette dernière), nous les dirigions vers la bonne boîte. Ils devaient donc faire preuve de courage et mettre leur main à l'intérieur pour avoir leur donnée.



Il est certain que cette période a été un peu plus chaotique qu'à l'habitude, mais c'était tellement agréable de voir nos élèves si motivés!


En espérant vous avoir donné le goût de faire des problèmes déconstruits avec vos élèves,


Alexandra et Pier-Ann